PARTAGER

Compte administratif 2015 et au DOB de la commune de Gaillac

Monsieur le Maire, chers collègues, Mesdames, Messieurs,

II y a un an presque jour pour jour, je pointais la hausse spectaculaire de 3,81 % des dépenses réelles de fonctionnement dans le Compte administratif 2014. Force est de constater qu’à Gaillac, les années se suivent et se ressemblent. L’année 2015 a en effet été marquée par une nouvelle augmentation importante des dépenses réelles de fonctionnement puisque le total de celles-ci s’élève à 13,9 millions € en 2015 contre 13,6 millions € en 2014, soit une hausse de 2,10 % d’après le tableau d’évolution donné en page 3 du rapport de présentation du compte administratif 2015 et de sa rétrospective. À Gaillac comme ailleurs, la majorité en place dépense l’argent du contribuable sans compter.

On remarquera, en particulier, l’augmentation continue et parfaitement injustifiée des dépenses de personnel (chapitre budgétaire 012) qui, après avoir bondi de 5,75 % en 2014, grimpent de 3,41 % en 2015 pour atteindre 7,7 millions €.

Cette dérive dépensière est également perceptible au niveau du financement des associations : l’analyse des annexes du compte administratif, et notamment des pages 166 a 168, est de ce point de vue particulièrement intéressante. On y apprend que la ville a débourse 834’285 € de concours financiers aux associations, ce qui représente de toute évidence un montant anormalement important pour une commune d’à peine plus de 14’000 habitants. A cet égard, le Front National que je représente, seule et unique véritable opposition à la politique que vous menez, demande à pouvoir examiner au cas par cas les associations qui relèvent de l’intérêt communal et celles qui n’en relèvent pas. Il est en effet fréquent que des associations accumulent année après année l’argent des collectivités locales (aussi bien au niveau du bloc communal qu’au niveau du département ou de la région) pour se constituer un trésor de guerre injustifié par leurs opérations courantes. À partir à la fois des statuts et des états financiers (compte de résultat, bilan et annexes), une fine analyse de la trésorerie de chacune des associations faisant l’objet d’une subvention sera à mener, et ce afin de juger de l’adéquation ou non du financement accordé à l’activité réelle de l’association.

Mais le mammouth de fonctionnement et associatif toujours plus impressionnant n’est pas le seul point commun entre Gaillac et les autres villes UMPS puisqu’ici est également pratiqué le matraquage fiscal de contribuables pourtant déjà asphyxiées par la folle politique fiscale pratiquée au niveau national par les gouvernements successifs, avec la création de plus de 80 nouveaux impôts depuis 2007 : alors qu’il avait déjà augmenté de 2,54 % au cours de l’année 2014, le produit des impôts et taxes a augmenté de plus de 150 00 € en 2015, soit une augmentation de 1,34 % donnée dans le tableau d’évolution des recettes de fonctionnement (en page 5 du rapport de présentation du Compte administratif). Mais Monsieur Gausserand nous dira que les impôts augmentent moins vite que par le passé…

En outre, l’analyse des « Informations statistiques, fiscales et financières » et du ratio ATR numéro 4 qui y figure (page 4 du Budget principal du Compte administratif 2015) démontre à quel point Gaillac se trouve toujours dans une véritable situation de sous-investissement. Les dépenses d’équipement brut par habitant de la commune ne représentent en effet que 272 EUR contre 369 EUR pour la moyenne de la strate correspondante, soit 26 % de moins que les communes françaises de 10’000 a 15’000 habitants. Or, une ville qui sous-investit est par définition une ville qui hypothèque l’avenir de ses enfants.

Pour conclure sur l’année qui vient de s’écouler, le triptyque aggravation du mammouth de fonctionnement / alourdissement de la fiscalité / sous-investissement m’amenè naturellement à voter contre le Compte administratif 2015.

Quant au DOB 2016 qui nous est présenté, il a au moins le mérite d’être cohérent avec la politique de fuite en avant menée jusqu’alors puisqu’on y apprend que les impôts vont de nouveau augmenter en 2016. En effet, les taux ne bougeront pas mais comme les bases ont été réévaluées de 0,9 % par le Parlement à travers la Loi de finances pour 2016, les trois principaux impôts locaux, à savoir la taxe d’habitation, la taxe foncière sur les propriétés bâties et la taxe foncière sur les propriétés non bâties, vont augmenter mécaniquement du mème pourcentage. Année après année, le matraquage se poursuit : quand les Gaillacois pourront-ils enfin souffler ?

Face à cette gestion à courte vue, le Front National / Rassemblement Bleu Marine propose une gestion des collectivités territoriales en bon père de famille, à Gaillac comme ailleurs. De ce point de vue, la baisse significative des impôts locaux intervenue à Hénin-Beaumont, Beaucaire et Villers-Cotterets quelques jours seulement après l’arrivée aux responsabilités des maires Front National, de même que le spectaculaire désendettement de la ville de Fréjus engage par le maire David Rachline (plus de 8 millions d’euros pour la seule année 2014), devrait vous inspirer pour votre gestion des finances de Gaillac.