PARTAGER

Marie-Christine Boutonnet a fermement réaffirmé lundi  son opposition à la suppression illégale du Tribunal de la fonction publique de l’Union européenne. Le texte issu du tétralogue a été adopté par la Commission alors qu’aucune analyse d’impact n’a été fournie et que ni les juges ni les fonctionnaires n’ont été consultés. Le vote final de cette réforme aura lieu normalement lors de la session plénière de juin.  Marie-Christine Boutonnet est également le mardi intervenue lors des discussions relatif au rapport annuel  2014 de la Commission européenne concernant la subsidiarité et la proportionnalité en mentionnant les carences de la Commission et en faisant des propositions. Elle a fait remarquer que le système prévu montre que l’Union européenne n’a qu’un intérêt incantatoire pour la subsidiarité qui est pourtant un principe général de droit de l’Union européenne.

Marie-Christine Boutonnet a voté contre le mandat au rapporteur JURI visant à soutenir le projet de budget 2017 de la Commission européenne et notamment le budget prévisionnel de la Cour de justice de l’Union qui découle de la réforme scandaleuse du Tribunal de l’Union européenne. Elle a soutenu le rapport de son collègue Gilles Lebreton concluant au non-respect du principe de subsidiarité par le projet de directive du Parlement européen et du Conseil modifiant la directive du Conseil 91/477/CEE relative au contrôle de l’acquisition et de la détention d’armes à feux.